• Jour 1 : La mélancolie du grain de riz

    Voila maintenant 17 jours que j'ai quitté la famille que je n'ai pas pour venir m'échouer sur cette ile enchanteresse avec mes compagnons d'infortune.

    Le décors est splendide, de magnifiques lagons remplis d'une eau turquoise, des plamiers dont l'ombre si fraiche est une vraie bénédiction losrque le soleil pointe à son zénith, la barrière de corail et des poissons aux couleurs chatoyantes, bref le décors sompteux que nous vendrait tout bon "Club Med" qui se respecte.

    Sauf qu'on m'a payé le voyage et que tout est gratuit!

    Bien sur, cela pourrait ressembler à un rêve si il n'y avait pas les autres et le riz...

    A notre arrivée, on a partagé en deux groupe avec un code de couleur, je me suis simplement dis (pour avoir fait quelques séjours en colo que c'était pour la répartition dans les chambres).

    Le premier point étrange fut quand on nous a annoncé qu'il fallais sauter de l'hélicoptère, méttant ca sur le compte d'une avarie ou d'une panne moteur, je me suis exécuté sans trop poser de question, aprés avoir bousculer tout le monde pour être sur de m'en sortir, je fut le premier à m'éjecter de l'apareil que je croyais en flammes.

    Nous avons débarqué sur l'ile la plus proche, mes compagnons étaient tout exité par ce qu'il venait de se passer, je pense qu'il n'avait pas concsience d'avoir de peu échapper à la mort. Arrivés sur l'ile, les voilà qui commencent à rammasser du bois pour construire une cabane, aprés moultes tentative de leur expliquer qu'on serait bien mieux à l'hotel, je décidait d'aller me baigner pendant qu'il fesait les cons avec leurs palmiers.

    Mais voilà, le soir venu, je commençait à me poser des questions sur vacances, car la cabane me dit on, serait notre refuge pour les 40 prochains jours.

    Le repas fut aussi une source de dessilusion, et tout le monde c'est foutu de ma gueule quand j'ai voulu voir la carte des menus. C'est ce soir là que je fit aussi ma premiere rencontre avec le Riz...

    D'abord il était trop cuit ce con de riz, tout collant, il n'avaient même pas mis une noix de bueurre pour le gout, et je vous parle pas du sel, bref, devant se cauchemar, j'espèrais que le lendemain serait un peu plus radieu.

    La premiere nuit fut horrible, on devait dormir tous les uns à coté des autres, et moi qui voulais me mettre à coté de Béatrice (qui était foutrment bandante) fut forcé de dormir entre Gérard et Philippe (qui l'étaient moins...). Les ronflements me poussèrent à tenter ma chance un peu plus loin dans la forêt.

    Mes compagnons me retrouvèrent 3 jours aprés.

    Lors de mon retour, je pu constater avec bonheur que Phillipe était parti, éliminé par le conseil m'a t'on dit, je suppose qu'il a du se faire chopper en train de piquer les savons de l'hotel et que la direction l'a renvoyé avec armes et bagages.

    Nous sommes aujourd'hui dans notre 17 éme journée sur cette ile à la con, on a toujours pas pu se doucher, et on ne mange que cette saloperie de riz, j'ai pu enfin dormir à coté de Béatrice, mais je n'ai même plus la force de bander aprés tous les exercices à la con qu'on nous fait faire, du style sauter sur un rondin de bois en équilibre au dessus d'une fausse pleine de serpents tout en essayant de ne pas se faire piquer par les migale suspendues au dessus de nos têtes. Je ne comprend toujours pas pourquoi on nous fait faire ces connerie, surtout qu'a la fin, on gagne juste un peu plus de riz.

    Au moins au club med, on fait des danses, on boit des coktails, on fait du streching... là en guise de coktail on a le jus de noix de coco qui nous refile la chiasse, qu'on compense pas le riz qui nous constipe.

    Je comprend pourquoi ces vacances sont gratuites!!!!

    Mais je compte bien tous les baiser, j'ai construit un radeau en cachette dans la jungle, ce soir, je prendrais ce qui reste du riz et des reserves de nourriture et je partirais pour le large, je serais bien parti avec Béatrice, mais cette conne à perdu sur l'épreuve de la course avec les requins...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :