• Jour 2 : Histoire d'eau...

    Aprés une courte nuit, je m'éveille... Quel horrible cauchemar, j'étais sur une ile avec des gens que je connaissait pas, à bouffer du riz et a faire le con dans la forêt. Je m'en était évadé sur un frèle esquif fait de rondin de bois et de feuilles de plamiers, avec pour seul compagnon mon sac de riz...

    Je fut soulagé de m'éveiller sur un petit radeau perdu en plein milieu de l'océan pacifique..........!!!! Bordel! c'était pas un rêve!!!!

    Soudain, j'eu un réaction trés naturelle face à ce genre de situation : la panique.

    Que de l'eau à perte de vue, et pas une goute d'alcool!

    Je fis un rapide tour du propriétaire, manquant de me casser la gueule dans la flotte (faut dire qu'il est pas super grand mon radeau), je vis que le sac de riz était toujours là, un soupir de soulagement s'échappa inconcsieament des mes poumons encrassés par tant d'air pur.

    Afin de me changer les idées, je décide de manger un bout... Mon repas fut frugal, n'ayant même pas pris une casserolle pour préparer le riz (de toute facon j'aurais eu du mal à le faire cuire), je fut obligé de le manger poignée par poignée aprés l'avoir laissé tremper dans l'eau salé dis minutes. Du riz pas cuit à l'eau pas chaude... heureusement que cette flotte est salée, pour le gout...

    Ce repas eu donc l'effet inverse, au lieu de me calmer il a eu tôt fait de m'affoller encore plus!!!

    Qu'allais-je devenir? Etait-ce enfin la fin de la fin du bout du bout qui fini? Allais-je mourrir sur ces trois bout de bois perdu en plein océan?

    Comme à l'habituée, c'est quand on a perdu quelque chose que l'on se rend compte de sa véritable valeur... je repense à ce que ne reverrais peut être plus :

    Fini les longues heures d'embouteillage au milieu du monoxyde de carbone pour aller bosser ou faire la moindre course.

    Fini ce boulot dont la capacité à l'épanouisement personnel était aussi forte qu'un bulot myopathe;

    Fini Jean-Pierre Pernault qui nous parle de la France d'en bas en nous regardant de haut.

    Fini les pubs, les séries télés, le téléachat, Arthur, Endemol, Christiphe Dechavane et sa poupée qui dit toujours "OUI", fini la télévision!

    Fini les impots, les prix qui augmentent alors que mon salaire stagne.

    Fini les mensonges, les tromperies de nos chers dirigeants.

    Fini Secret Story, je ne saurais jamais qui est sorti...

    Fini le porno du samedi soir sur canal.

    Fini les plateau télé, les pizzas, les kebabs...

    Fini les merdes de chiens qui semblent toujours irresistiblement attirées par mes chaussures neuves.

    Fini les chiens qui semblent avoir un débodement de libido sur mes pantalon propres.

    Fini les pigeons qui chient partout et les arnaqueur qui n'attendent que ca.

    Fini Sarcosy dans tous les journeaux, toutes les émission TV, et bientôt sur chaque feuille de PQ...

    Je stoppais mes lamentations à ce moment, un sourir venant soulever un coin de ma bouche je m'allongais sur mon radeau qui me parrus soudain tel un petit bout de paradis... Finalement, je m'en sors pas trop mal...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :